DÉCOUVREZ NOTRE COMMANDERIE

TOURAINE

Chronique

Visite de la Chapelle Saint Libert à Tours




Vingt-trois Mars de l’an de grâce 2019, sous un soleil radieux de printemps, notre compagnie anysetière s’est dirigée vers la Société archéologique de Touraine, installée dans l’ancienne Chapelle Saint-Libert en bordure de Loire. Le président, Yves Cogoluègnes, nous en a présenté, avec la passion qu’on lui connaît, les diverses étapes de son histoire. Elle fut érigée au XIIème siècle sur les fortifications du castrum gallo-romain épaisses de 4,50m, à l’emplacement d’une église précédente sur laquelle on ne possède que très peu d’informations. Au XVIIIème siècle, la chapelle alors désacralisée fut vendue à un salpêtrier qui en récupéra le matériau issu de la décomposition du calcaire et des mortiers, et utilisé dans la fabrication de poudre à canon ; ce qui lui évita une complète destruction. Par la suite revendue plusieurs fois, dont en dernier lieu à la famille Lhote, le bâtiment servit d’entrepôt. Jusqu’au moment où la Société archéologique décida de le racheter en 2011 pour 180.000€, avec le projet d’en faire son siège. Elle avait été alors enfouie sous des déblais lors des travaux d’élargissement des voies et de protection contre les crues. Une bâtisse délabrée appartenant à la ville et des hangars annexes le défiguraient. Seul le haut des murs et des deux portails à arcade brisée était visible. Rare vestige de monument roman à Tours, elle avait heureusement été classée à l’inventaire supplémentaire du patrimoine des monuments historiques en 1946. Le déblaiement du sol intérieur surélevé d’environ 2,50m par divers matériaux, dont des tessons de céramique, permit les datations. Lors des fouilles débutées en 2011, une cinquantaine de squelettes furent découverts : probablement ceux de familles protestantes, hommes, femmes et enfants, de la période des guerres de religion, qui ne pouvaient être inhumées en terre catholique. Une statue sans tête d’un évêque, du XVème siècle, d’environ 90cm fut également mise à jour, ainsi que deux colonnes d’époque antérieure, les base d’un autel, et un intéressant moule de cloche. Les murs de tuffeau furent reconstitués à l’identique ; les façades et les modillons restaurés. La clarté intérieure, les proportions et la belle charpente probablement refaite au XVème siècle, confèrent aujourd’hui à ce monument noblesse et élégance. Aménagé sur trois niveaux par l’architecte Philippe Tardits, il offre au bas une vaste salle d’environ 150 places permettant conférences, concerts ou expositions ; au premier étage une galerie sur laquelle sont stockés documents et archives, ainsi qu’une salle de réunion et de travail. De très beaux vitraux colorés mais lumineux, conçus par l’artiste de Chartres, Jacques LOIRE, au nom bien choisi, achèvent de faire revivre ce monument qui faillit, comme tant d’autres malheureusement à Tours, disparaître sous la ville moderne. Le 6 mai 2013, les 52 squelettes furent de nouveau inhumés et bénis lors d‘une cérémonie par Monseigneur Aubertin. La Chapelle fut inaugurée le13 mai 2016. Le coût global s’éleva à 1.300.000€.

Après cette nouvelle découverte des richesses de notre bonne ville, nous nous retrouvâmes pour un agréable repas au restaurant l’Hédoniste, au pied de la Cathédrale Saint Gatien.



accès privé | administration | Contact | mentions légales | réalisation Value Com