DÉCOUVREZ NOTRE COMMANDERIE

TOURAINE

Chronique

Visite du Château du ROUVRE à NEUVY-le-ROI suivie d'un dîner.


RV à 17 h 00



En ce 30 mai 2015, amis Anysetiers, nous nous sommes retrouvés à Neuvy le Roi au Domaine de Rouvre, bien caché dans son écrin de verdure. Nous fûmes amicalement accueillis par les Maîtres des lieux, Madame LECHRIST et son fils, armé de son canotier. Nous fûmes introduits dans une vaste cour entourée de bâtiments de ferme, bouverie, écurie, pressoir, cellier, habitations de personnels, que nous pûmes imaginer en pleine activité : hommes attelant les chevaux, rentrant le foin, femmes trayant les vaches ou tirant l’eau pure du puits qui trônait au centre avec le lavoir ….

Par une porte charretière cintrée, nous pénétrâmes dans la résidence des propriétaires, où dominait un magnifique et vénérable tilleul de 5,50 mètres de circonférence.

L’histoire de ce manoir est encore à écrire. On en trouve de premières traces en 1085 avec un certain Garin de Fontenelles. Mais c’est en en 1226 que Philippe de Rouvre fit édifier un château fort. Dans quel but, s’interroge-t-on? Le site n’est pas vraiment défensif. La voie romaine de Tours au Mans et l’emplacement aux confins de plusieurs provinces permettaient-ils sans doute de percevoir l’octroi au passage. Victime de  la Révolution, il ne reste pas  grand-chose de cette époque.

C’est en 1514  que la famille de Castelnau, venue de son Périgord natal et ayant fait fortune auprès du roi, construisit l’édifice et obtint l’autorisation de le fortifier, les guerres de religion faisant alors rage. Il en demeure une tour, des tourelles d’angle et une partie des douves.

En 1752, le domaine fut repris et agrémenté par la puissante famille LE PELLERIN. Mais ils furent obligés d’émigrer sous la Révolution.

Après être passé de main en main, il fallut attendre 1847 pour que le manoir soit racheté par la famille de la Martinière, dont les héritiers essaient à ce jour de faire revivre le patrimoine.

La troisième cour, profitant d’une vue dégagée sur  la campagne, offre une ravissante façade du XVIIIème siècle et le corps principal de la maison de style Henri IV, aujourd’hui occupé par les propriétaires, mais aussi par quelques chauves-souris et autres squatters.

Le récit fut momentanément suspendu par le vol d’un héron, sans doute habitué de la pièce d’eau et contrarié par notre présence. C’était l’heure de son repas. Mais aussi la nôtre.
Aussi, après moult remerciements à nos charmants hôtes, nous prîmes le chemin du Moulin de la Planche et, après un apéritif en compagnie des cygnes,  nous pûmes nous rassasier à loisir en toute gaieté. J’imagine que notre héron enfin rassuré, en fit de même.                                                                                                                                                  
                                                                                                               Chantal le Saulnier                                                                                                                        Héraut



accès privé | administration | Contact | mentions légales | réalisation Value Com